Compress EELVA_La rocade Sud d’Arras n’est pas la solution

La rocade Sud d’Arras n’est pas la solution

Sans attendre le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, le Conseil Général a décidé d’accélérer et d’engager la réalisation de la rocade Sud d’Arras en s’appuyant sur une étude de mobilité réalisée en 2012. Cette étude vise à comparer plusieurs scénarios d’aménagements routiers à l’horizon 2030, à l’échelle du grand Arras.

Or, la lecture de cette étude ne fournit aucun argument susceptible de valider l’intérêt de la rocade Sud. Au contraire, l’étude montre qu’il n’y a pas de transit significatif entre le sud-ouest RN25 et le sud-est RD919 –917 et que la réalisation de la rocade Sud ne permet pas de « décongestionner » à terme les points de saturation identifiés, à savoir capter une partie du transit de la rocade Nord-Est et délester les boulevards périphériques d’Arras.

De plus l’étude s’appuie sur des prévisions de trafic fantaisistes bien supérieures aux tendances observables et peu compatibles avec les recommandations formulées par l’Etat et le Conseil Régional dans le cadre du SRCAE (Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie).

 

Ainsi ce projet est inopérant et doublement inacceptable. Il n’y a en effet aucun bénéfice collectif ni aucune contrepartie d’intérêt général aux impacts néfastes sur l’environnement et le cadre de vie  que représentent la destruction de 24 ha de terres agricoles dans la vallée du Crinchon, le déclassement et la trouée du bois de Wailly, l’exposition au bruit et à la pollution atmosphérique, notamment de populations sensibles telles les enfants de l’école d’Agny, l’atteinte irréversible à la qualité paysagère, les risques accrus d’inondations et de pollutions des eaux dans une zone de captage vitale pour l’agglomération, le fractionnement d’un corridor biologique à renaturer et la destruction d’habitats d’espèces vulnérables comme l’œdicnème   criard, …

Le groupe Europe Ecologie Artois n’accepte pas que 22 millions d’euros soient consacrés à ce projet de rocade inutile et obsolète.

Pour EELV Artois les préoccupations légitimes des habitants d’Agny, ainsi que des habitants de l’agglomération particulièrement exposés  aux nuisances du trafic routier et qui souhaitent la tranquillité et  la sécurité dans l’espace public, doivent être au cœur du projet global de mobilité du Grand Arras.

A Agny, et sans tarder, il s’agit d’engager l’aménagement du centre-ville pour y restaurer la qualité urbaine, la sérénité et dissuader le trafic routier de transit.

A l’échelle de l’agglomération il s’agit de répondre prioritairement, de manière efficace et moderne, au sujet principal, celui des déplacements domicile-travail. L’élaboration en cours à la CUA du Plan de Déplacements Urbains et le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal devra apporter un ensemble cohérent de politiques pertinentes : transport collectif en voie propre, développement des modes actifs, covoiturage, plan de déplacements entreprise, auto partage, aménagements urbains dissuasifs pour le routier et attractif pour les autres modes, multifonctionnalité des zones,…Nul besoin de sacrifier la qualité urbaine, le climat et l’environnement de notre territoire pour répondre aux enjeux de mobilité !

 

Europe Ecologie Les Verts  Artois encourage les habitants à prendre connaissance du dossier dans les mairies d’Agny, Wailly, Achicourt et Dainville et à participer à l’enquête publique ouverte jusqu’au 23 Janvier 2015. La contribution complète d’EELV Artois est consultable à cette adresse www.artois.eelv.fr

 

EELVA, 10 rue de Justice 62000 Arras

eelvartois@laposte.net

Remonter